statistiques

Registres paroissiaux de LESCURRY de 1710 à 1792

Télécharger la page au format pdf

Les fichiers téléchargeables ci-dessous résultent des travaux réalisés bénévolement par Dominique DELLUC et Henri CESTIA entre Juin et novembre 2010.

Relevés systématiques des registres de la paroisse de Lescurry pour la période 1710-1792

Relevés au format office 2003 incluant 626 actes de baptêmes, 160 de mariages et 533 de décès

BMD Lescurry 1710-1792.XLS


Edition du fichier précédent pour impression ou consultation à l'écran

B Lescurry 1710-1792.PDF
M Lescurry 1710-1792.PDF
D Lescurry 1710-1792 PDF

Statistiques démographiques portant sur la paroisse de Lescurry entre 1710 et 1792

L'étude des statistiques démographiques est riche en enseignements tant historiques que généalogiques. On regardera successivement le nombre de décès par an, leur saisonnalité et l'âge au décès. Puis le nombre par an des mariages, la saisonnalité des mariages, le nombre par an des naissances et enfin la saisonnalité des naissances.

En conclusion, il ne s'agit là que de quelques modestes analyses pouvant être poussées beaucoup plus loin à partir des données relevées.

On observe en 1713, 1747, 1753 et 1775 un nombre de décès largement supérieur à la moyenne annuelle. Plus généralement en France les années 1709 à 1713 sont une période de famine due principalement à de mauvaises récoltes. L'année 1714 marque le début d'une nouvelle croissance. Lescurry semble donc ne pas avoir échappé à cette famine.

 

Le graphique ci-dessus est riche en enseignements.

Etabli sur la base de l'âge qui figure sur l'acte de décès, il montre que les curés qui ne disposaient pas de livret de famille pour vérifier les déclarations des familles, enregistraient un âge vraiment très approximatif. A partir de 30 ans on meurt principalement à 40 ans, 45 ans, 50 ans, 60 ans, 65 ans, 70 ans, 75 ans, 80 ans. Cette concentration sur des chiffres rond est le signe de la méconnaissance que les gens avaient de leur âge. Les généalogistes se doivent donc de tenir compte de cette réalité lorsqu'ils recherchent un acte de baptême à partir de l'âge au décès. Enfin, sans remettre en cause l'air pur de Lescurry qui dès le XVIII°s permettait de vivre longtemps, le nombre de centenaires est étonnant à cette époque où l'âge moyen au décès dans la paroisse était d'environ 30 ans (à comparer aux 75 ans en France en 2006) ou d'environ 50 lorsqu'on ne tient pas compte des décès avant l'âge de 6 ans.

Les décès avant l'âge de 6 ans représentent environ 1/3 de la classe d'âge. Mais au delà de cet âge, la courbe des fréquences cumulées proche d'une droite jusqu'à 80 ans, montre que la mortalité ne se concentre pas sur les plus âgés; elle touche toutes les classes d'âge sans distinction.

A Lescurry entre 1710 et 1792 il n'y a le plus souvent pas plus d'un mariage par an.

nombre d'années avec …

… N mariages

23

1

14

2

13

3

11

4

4

5

1

6

 

La saisonnalité des mariages n'est pas spécifique à la paroisse de Lescurry. On retrouve là ce que Thiery SENAC avait déjà observé pour une autre période et dans une autre commune dans sa Monographie d'un village des Hautes-Pyrénées: DOURS 1789-1918. On se marie en Janvier ou février lorsque les travaux des champs laissent suffisamment de temps pour le faire ou, en urgence, lorsqu'un enfant est attendu. Ce dernier cas n'a pas fait de ma part l'objet d'une étude approfondie car l'exploitation du fichier XLS utilisé pour la présente étude ne permet pas un questionnement rapide sur ce point, mais quelques sondages sur les mariages entre avril et novembre conduisent à cette explication.

Pour des raisons que j'ignore, l'année 1768 présente le plus grand nombre de naissances.

On observe un nombre de naissances plus important entre octobre et mars. Il est possible d'avancer une explication : pour les mois d'octobre et de novembre la conception en janvier est favorisée par les mêmes raisons qui conduisent à se marier en cette période de l'année. (voir plus haut). Le printemps et ses effets bien connus, explique peut être les naissances plus importantes de décembre à mars.

Conclusion

Cette modeste étude n'a pas pour ambition d'explorer à fond le sujet; elle résulte d'une interrogation du fichier des relevés motivée par la simple curiosité de l'auteur.

Des analyses plus poussées permettraient des conclusions certainement beaucoup plus pertinentes. Notamment une évaluation de la population de la paroisse de Lescurry au milieu du XVIII°s pourrait être obtenue par l'enregistrement des relevés dans un logiciel de généalogie performant. Les traitements offerts par ce type de logiciel, permettraient d'établir des dénombrements de population par période et bien d'autres informations utiles à l'étude historique d'un village. Cependant cet enregistrement nécessite un travail d'interprétation généalogique qui est long et minutieux. Il s'appuie sur des recoupements entre divers actes qui nécessitent parfois de se reporter aux actes eux-mêmes. Pour ma part je n'ai traité ainsi qu'environ 15% de la masse des 1318 actes transcrits dans le fichier des relevés. Les photos de ces 1318 actes sont disponibles sur un CD.